Vie Quotes

Quotes tagged as "vie" Showing 1-30 of 149
Albert Einstein
“La vie c’est comme la bicyclette : quand on arrête de pédaler on tombe.”
Albert Einstein

“L'être est plus important que l'avoir.”
traditionelle

Helen Keller
“La vie est une aventure audacieuse ou alors elle n'est rien.”
Helen Keller

Amin Maalouf
“oui, à chaque pas dans la vie, on rencontre une déception, une désillusion, une humiliation.”
Amin Maalouf, In the Name of Identity: Violence and the Need to Belong
tags: vie

Michel Houellebecq
“Refuser de faire quelque chose parce qu'on l'a déjà fait, parce qu'on a déjà vécu l'expérience, conduit rapidement à une destruction, pour soi-même comme pour les autres, de toute raison de vivre comme de tout futur possible, et vous plonge dans un ennui pesant qui finit par se transformer en une amertume atroce, accompagnée de haine et de rancoeur à l'égard de ceux qui appartiennent encore à la vie.”
Michel Houellebecq, The Possibility of an Island

Vivian Greene
“La vie n'est pas d'attendre que l'orage passe, mais plutôt d'apprendre à danser sous la pluie.”
Vivian Greene

Gilbert Cesbron
“C'est un grand jour, celui où l'on apprend qu'on est seul.”
Gilbert Cesbron, Notre prison est un royaume

Laurent Gaudé
“Vous avez déjà perdu quelqu'un de proche? [...] Vous n'avez jamais l'impression que ces êtres-là vivent en vous? ... Vraiment... Qu'ils ont deposé en vous quelque chose qui ne disparaîtra que lorsque vous mourrez vous-même? ... Des gestes... Une façon de parler ou de penser... Une fidélité à certaines choses et à certains lieux... Croyez-moi. Les morts vivent. Ils nous font faire des choses. Ils influent sur nos décisions. Ils nous forcent. Nous façonnent.”
Laurent Gaudé, La Porte des enfers
tags: mort, vie

Yasmina Khadra
“Quelle que soit l'ampleur des dégâts, aucun cataclysme n'empêchera la Terre de tourner.”
Yasmina Khadra, L'attentat

Jenny Downham
“Je veux vivre avant de mourir.”
Jenny Downham

Yasmina Khadra
“Ressaisis-toi, bonhomme. Il n'y a q'un seul dieu sur terre, et c'est toi. Si le monde ne te convient pas, réinventes-en un autre, et ne laisse aucun chagrin te faire descendre de ton nuage. La vie sourit toujours à celui qui sait lui rendre la monnaie de sa pièce.”
Yasmina Khadra, Ce que le jour doit à la nuit

“soudain ! tu découvert que tous tes relations sont qu'un mirage et que tous les gens ont deux visages”
Younes

Jorge Luis Borges
“Puis il réfléchit: la réalité ne coïncide habituellement pas avec les prévisions; avec une logique perverse, il en déduisit que prévoir un détail circonstanciel, c'est empêcher que celui-ci se réalise. Fidèle à cette faible magie, il inventait, pour les empêcher de se réaliser, des péripéties atroces; naturellement, il finit par craindre que ces péripéties ne fussent prophétiques. Misérable dans la nuit, il essayait de s'affirmer en quelque sorte dans la substance fugitive du temps. Il savait que celui-ci se précipitait vers l'aube du 29; il raisonnait à haute voix; je suis maintenant dans la nuit du 22; tant que durera cette nuit (et six nuits de plus) je suis invulnérable, immortel. Il pensait que les nuits de sommeil étaient des piscines profondes et sombres dans lesquels il pouvait se plonger. Il souhaitait parfois avec impatience la décharge définitive qui le libérerait tant bien que mal de son vain travail d'imagination.”
Jorge Luis Borges, Ficciones

“La vie est un voyage solitaire et, être mariée n'y change rien. D'ailleurs je pense que le fait de ressentir cette solitude avec la même intensité alors qu'en théorie on est deux est une souffrance encore plus cruelle. Il y a un facteur chance à l'origine de chaque rencontre, après on gère comme on peut ce que la vie nous donne. Or, c'est bien connu, la vie est injuste et, en plus elle a un goût douteux.”
Agathe Hochberg, Ce crétin de prince charmant

Albert Camus
“Un matin, après tant de désespoirs, une irrépressible envie de vivre nous annoncera que tout est fini et que la souffrance n'a pas plus de sens que le bonheur.”
Albert Camus, The Rebel

Anne-Laure Bondoux
“Tiens, allons-y pour la septième raison de trouver que la vie est belle : cuisiner pour des gens qu’on aime en prenant son temps et en écoutant la radio.”
Anne-Laure Bondoux, Et je danse, aussi

Albert Camus
“Si le temps de l’histoire n’est pas fait du temps de la moisson, l’histoire n’est en effet qu’une ombre fugace et cruelle où l’homme n’a plus sa part. Qui se donne à cette histoire ne se donne à rien et à son tour n’est rien. Mais qui se donne au temps de sa vie, à la maison qu’il défend, à la dignité des vivants, celui-là se donne à la terre et en reçoit la moisson qui ensemence et nourrit à nouveau.”
Albert Camus, The Rebel

“The wedding is to be sentenced for life for good past conduct. (Le mariage, c’est être condamné A vie pour bonne conduite passée)”
Charles de Leusse

Gregory Maguire
“Le malheur est l'issue naturelle de la vie, et pourtant nous continuons à faire des bébés.”
Gregory Maguire, Wicked: The Life and Times of the Wicked Witch of the West

Georges Canguilhem
“Nous pensons que le fait pour un vivant de réagir par une maladie à une lésion, à une infestation, à une anarchie fonctionnelle traduit le fait fondamental que la vie n'est pas indifférente aux conditions dans lesquelles elle est possible, que la vie est polarité et par là même position inconsciente de valeur, bref que la vie est en fait une activité normative. Par normatif, on entend en philosophie tout jugement qui apprécie ou qualifie un fait relativement à une norme, mais ce mode de jugement est au fond subordonné à celui qui institue des normes. Au sens plein du mot, normatif est ce qui institue des normes. Et c'est en ce sens que nous proposons de parler de normativité biologique.”
Georges Canguilhem, The Normal and the Pathological

Georges Canguilhem
“La maladie est une expérience d'innovation positive du vivant et non plus seulement un fait diminutif ou multiplicatif. Le contenu de l'état pathologique ne se laisse pas déduire, sauf différence de format, du contenu de la santé : la maladie n'est pas une variation sur la dimension de la santé ; elle est une nouvelle dimension de la vie.”
Georges Canguilhem, The Normal and the Pathological

Georges Canguilhem
“La vie n'est donc pas pour le vivant une déduction monotone, un mouvement rectiligne, elle ignore la rigidité géométrique, elle est débat ou explication (ce que Goldstein appelle Auseinandersetzung) avec un milieu où il y a des fuites, des trous, des dérobades et des résistances inattendues. Répétons-le encore une fois. Nous ne faisons pas profession – aussi bien portée aujourd'hui – d'indéterminisme. Nous soutenons que la vie d'un vivant, fût-ce d'une amibe, ne reconnaît les catégories de santé et de maladie que sur le plan de l'expérience, qui est d'abord épreuve au sens affectif du terme, et non sur le plan de la science. La science explique l'expérience, mais elle ne l'annule pas pour autant.”
Georges Canguilhem, The Normal and the Pathological

“Nous sommes à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui manque dans notre vie. Si on ne parvient pas à la trouver on n'a plus qu'à prier pour que ce soit elle qui nous trouve.”
Desperate Housewives

Phobos et dysthymiè circonscrivent l'un et l'autre une difficulté intime, un désordre intérieur du sujet par rapport aux sollicitations extérieures. Le phobos, expression d'abord cynégétique ou militaire de l'effarouchement, signifie la fuite angoissée, soudaine, irréfléchie, devant la réalité, engageant tour à tour l'agitation panique et le repli prostré. La dysthymie, c'est l'atteinte de ce principe de vie qu'est le thymos, sorte de plexus solaire de l'âme ; le vocable suggère la déroute de la ligne de vie, un malaise écœuré devant l'existence : plus même que la crainte, presque la hantise de vivre, le mal de vivre, une éclipse du plexus solaire, prenant comme la phobie la double voie du repli sur soi et de la perte panique de soi. Se profile dans l'un et l'autre vocable ainsi compris la double extension du modèle mélancolique promise par l'histoire ancienne et moderne : d'un côté vers la dépression, figure de prostration ; de l'autre vers le délire, manifestation panique.”
Patrick Dandrey, Anthologie de l'humeur noire: écrits sur la mélancolie d'Hippocrate à l'Encyclopédie

“Ce bateau qui coule.
Suis-je le passager ou le capitaine?”
Patrice Desbiens, Sudbury: poèmes 1979-1985

Christian Bobin
“À vingt ans , on danse au centre du monde .À trante, on erre dans le cercle. À cinquante, on marche sur la circonférence , évitant de regarder vers l'extérieur comme vers l'interieur. Plus tard, c'est sans importance , privilège des enfants et des vieillards, on est invisible.”
Christian Bobin

Anton Chekhov
“Notre vie… la vie humaine… est semblable à une fleur qui s’épanouit dans un champ : vient à passer un bouc, il la bouffe – finie la fleur… ”
Anton Chekhov, Ivanov

Françoise Sagan
“Il n'y a pas d'âge pour réapprendre à vivre. On dirait même qu'on ne fait que ça toute sa vie. Repartir, recommencer, respirer : comme si l'on apprenait jamais rien sur l'existence, sauf, parfois, une caractéristique de soi-même inconnue de nous et de nos amis : une endurance, une vaillance, une légèreté, quelque chose qui revient au jour dans les pires moments et sur quoi on ne comptait pas... Quand ce n'est pas, bien sûr, hélas, une impuissance, une lâcheté, un abandon de tout.”
Françoise Sagan, Derrière l'épaule
tags: espoir, vie

Georges Canguilhem
“Nous pouvons dire qu'en matière biologique, c'est le pathos qui conditionne le logos parce qu'il l'appelle. C'est l'anormal qui suscite l'intérêt théorique pour le normal. Des normes ne sont reconnues pour telles que dans des infractions. Des fonctions ne sont révélées que par leur ratés. La vie ne s'élève à la conscience et à la science d'elle-même que par l'inadaptation, l'échec et la douleur.”
Georges Canguilhem, The Normal and the Pathological

Milan Kundera
“Nous traversons le présent les yeux bandés (...) plus tard seulement , quand est dénoué le bandeau et que nous examinons le passé, nous nous rendons compte de ce que nous avons vécu et nous en comprenons le sens.”
Milan Kundera

« previous 1 3 4 5