Mort Quotes

Quotes tagged as "mort" Showing 1-30 of 117
Terry Pratchett
“Poets have tried to describe Ankh-Morpork. They have failed. Perhaps it's the sheer zestful vitality of the place, or maybe it's just that a city with a million inhabitants and no sewers is rather robust for poets, who prefer daffodils and no wonder. So let's just say that Ankh-Morpork is as full of life as an old cheese on a hot day, as loud as a curse in a cathedral, as bright as an oil slick, as colourful as a bruise and as full of activity, industry, bustle and sheer exuberant busyness as a dead dog on a termite mound.”
Terry Pratchett, Mort

Louis-Ferdinand Céline
“La plupart des gens ne meurent qu'au dernier moment ; d'autres commencent et s'y prennent vingt ans d'avance et parfois davantage.”
Louis-Ferdinand Céline, Journey to the End of the Night
tags: mort, nuit

Gene Wolfe
“Tous, nous aimons ce que nous détruisons.”
Gene Wolfe, The Shadow of the Torturer

Sylvain Tesson
“se sentir familier d'un lieu, c'est le début de la mort”
Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie
tags: lieux, mort

Laurent Gaudé
“Vous avez déjà perdu quelqu'un de proche? [...] Vous n'avez jamais l'impression que ces êtres-là vivent en vous? ... Vraiment... Qu'ils ont deposé en vous quelque chose qui ne disparaîtra que lorsque vous mourrez vous-même? ... Des gestes... Une façon de parler ou de penser... Une fidélité à certaines choses et à certains lieux... Croyez-moi. Les morts vivent. Ils nous font faire des choses. Ils influent sur nos décisions. Ils nous forcent. Nous façonnent.”
Laurent Gaudé, La Porte des Enfers
tags: mort, vie

Michel Houellebecq
“Chacun d'entre nous a beau avoir une certaine capacité de résistance on finit tous par mourir d'amour, ou plutôt d'absence d'amour, c'est au bout du compte inéluctablement mortel.”
Michel Houellebecq, The Possibility of an Island
tags: amour, mort

Albert Camus
“Qu'est-ce que le roman, en effet, sinon cet univers où l'action trouve sa forme, où les mots de la fin sont prononcés, les êtres livrés aux êtres, où toute vie prend le visage du destin. Le monde romanesque n'est que la correction de ce monde-ci, suivant le désir profond de l'homme. Car il s'agit bien du même monde. La souffrance est la même, le mensonge et l'amour. Les héros ont notre langage, nos faiblesses, nos forces. Leur univers n'est ni plus beau ni plus édifiant que le nôtre. Mais eux, du moins, courent jusqu'au bout de leur destin, et il n'est même jamais de si bouleversants héros que ceux qui vont jusqu'à l'extrémité de leur passion.[...] Voici donc un monde imaginaire, mais créé par la correction de celui-ci, un monde où la douleur peut, si elle le veut, durer jusqu'à la mort, où les passions ne sont jamais distraites, où les êtres sont livrés à l'idée fixe et toujours présents les uns aux autres. L'homme s'y donne enfin à lui-même la forme et la limite apaisante qu'il poursuit en vain dans sa condition. Le roman fabrique du destin sur mesure. C'est ainsi qu'il concurrence la création et qu'il triomphe, provisoirement, de la mort.”
Albert Camus, The Rebel

Terry Pratchett
“Combien de gars se sont arrêtés de boire comme des trous à l'âge de vingt ans pour empêcher un inconnu de mourir d'une cirrhose à l'âge de quarante ?”
Terry Pratchett

Vicent Andrés i Estellés
“I una trista retòrica: M'estic morint per tu,
em moriré per tu un dia qualsevol.”
Vicent Andrés Estellés
tags: morir, mort

Jorge Luis Borges
“Puis il réfléchit: la réalité ne coïncide habituellement pas avec les prévisions; avec une logique perverse, il en déduisit que prévoir un détail circonstanciel, c'est empêcher que celui-ci se réalise. Fidèle à cette faible magie, il inventait, pour les empêcher de se réaliser, des péripéties atroces; naturellement, il finit par craindre que ces péripéties ne fussent prophétiques. Misérable dans la nuit, il essayait de s'affirmer en quelque sorte dans la substance fugitive du temps. Il savait que celui-ci se précipitait vers l'aube du 29; il raisonnait à haute voix; je suis maintenant dans la nuit du 22; tant que durera cette nuit (et six nuits de plus) je suis invulnérable, immortel. Il pensait que les nuits de sommeil étaient des piscines profondes et sombres dans lesquels il pouvait se plonger. Il souhaitait parfois avec impatience la décharge définitive qui le libérerait tant bien que mal de son vain travail d'imagination.”
Jorge Luis Borges, Ficciones

“Ens ha costat arribar fins aquí però ara hi som i ho tenim tot per fer.”
Sílvia Soler, L'estiu que comença

Gabriel García Márquez
“Elle avait supplié Dieu de lui concéder au moins un instant afin qu'il ne s'en allât pas sans savoir combien elle l'avait aimé par-delà leurs doutes à tous les deux, et senti un désir irrésistible de recommencer sa vie avec lui depuis le début afin qu'ils pussent se dire tout ce qu'autrefois ils avaient peut-être mal fait.”
Gabriel Garcí­a Márquez, Love in the Time of Cholera

Gabriel García Márquez
“Il parvint à la reconnaitre au milieu du tumulte et, à travers les larmes de sa douleur irrémédiable de mourir sans elle, la regarda une dernière fois, pour toujours et à jamais, avec les yeux les plus lumineux, les plus tristes et les plus reconnaissants qu'elle lui eut vus en un demi-siècle de vie commune, et il réussit à lui dire dans un dernier souffle: << Dieu seul sait combien je t'ai aimée >>”
Gabriel Garcí­a Márquez, Love in the Time of Cholera

William Shakespeare
“La mort, ce sombre fantôme, est assise sur son bras vigoureux : ce bras se lève, retombe, et alors les hommes meurent.”
William Shakespeare, Coriolanus

Ikrame Selkani
“La mort vient assez tôt sans qu'on l'aille chercher.
Épitre - Urbain Chevreau”
Ikrame Selkani, Une goutte d'espoir dans un océan de doutes

Muriel Barbery
“Je savais qu'un afflux inespéré d'énergie l'avait levé de son lit, lui avait donné la force de s'habiller, la soif de sortir, le désir que nous partagions une fois encore ce plaisir conjugal et je savais aussi que c'était le signe qu'il restait peu de temps, l'état de grâce qui précède la fin, mais cela ne m'importait pas et je voulais seulement profiter de cela, de ces instants dérobés au joug de la maladie, de sa main tiède dans la mienne et des vibrations de plaisir qui nous parcouraient tous deux parce que, grâce en soit rendue au ciel, c'était un film dont nous pouvions partager ensemble la saveur.”
Muriel Barbery, The Elegance of the Hedgehog
tags: death, mort

Arto Paasilinna
“Le cimetière se trouvait à six cents mètres de son extrémité, mais le bruit des avions ne dérangerait guère les défunts — pour ce que peuvent en savoir des vivants n’ayant encore aucune expérience personnelle de la question.”
Arto Paasilinna, Hirttämättömien lurjusten yrttitarha
tags: mort

“Comprenc que no ha de ser fàcil competir amb un record. Ella ja no pot equivocar-se, no ens pot decebre... és una ombra poderosa i, tot i que no puc disculpar-me per això, vull fer-te saber que ho entenc.”
Sílvia Soler, L'estiu que comença

Philip K. Dick
“Imagine un peu : tu es conscient, mais pas vivant. Tu vois et même tu comprends, mais tu ne vis pas. Tu as le nez collé au carreau. Tu reconnais les choses, mais ça ne fait pas de toi un vivant. On peut mourir et durer encore. Parfois, ce qui t'observe derrière les yeux de quelqu'un est mort dans l'enfance. C'est mort et c'est là, et ça regarde toujours. Ce n'est pas simplement le corps, sans rien dedans, qui te regarde ; non, il y a encore quelque chose à l'intérieur qui est mort depuis longtemps mais continue à regarder au-dehors, et regarde et regarde encore sans pouvoir s'arrêter.”
Philip K. Dick, A Scanner Darkly

“Je ne suis plus un enfant : j'ai vu la pourpre, à présent je suis un adulte, j'ai appris à connaître la mort, ce mot sanglant et ce jour gâché.”
Hanuš Hachenburg, Hned vedle bílá barva mráčků

Shaun Hamill
“Vivre au sein d’une famille marquée par un deuil dont on ne garde aucun souvenir est comme d’être assis derrière un spectateur de très grand taille au cinéma. Autour de soi, tout le monde rit, pleure et réagit à des choses dont on ignore tout.”
Shaun Hamill, A Cosmology of Monsters
tags: deuil, mort

Shaun Hamill
“Les chansons, les livres et les films qui se "terminent bien", s'arrêtent tous au "bon" moment. Ils ne racontent pas toute l'histoire. Seules les anciennes tragédies disent la vérité. Beowulf triomphe de Grendel et de sa mère, mais uniquement pour périr en combattant un dragon. Gilgamesh perd son meilleur ami. Achille aussi. Dans Hamlet, tout le monde meurt. C'est la seule vérité.”
Shaun Hamill, A Cosmology of Monsters
tags: mort

Christelle Dabos
“- Ils sont tous morts.
- Personne n'est mort.
- Alors pourquoi ne reviennent-ils jamais?”
Christelle Dabos, La Tempête des échos
tags: mort

Patrick Declerck
“Je l’ai prié de me suivre dans une pièce fermée. Il a refusé de s’asseoir. Je me suis alors assis devant lui et durant une heure et quart, je lui ai parlé de sa mort imminente. Je lui ai décrit la progression des symptômes. De sa souffrance. Du délire fébrile. De la puanteur croissante de sa pourriture… J’étais tour à tour détaché et proche, froid et compatissant, précis et grossier. Étrange corps à corps. Bras de fer vaguement pervers. En un sens, j’avais gagné d’avance, moi qui étais bien vivant et bien portant. Mais, aussi bien, j’avais perdu d’avance car lui, le presque mort, n’avait plus rien à perdre. Il marchait dans la pièce, tantôt nerveux, tantôt ailleurs. Parfois ému. Souvent ricanant. Maniaque. Jouissant de la folle immortalité du mégalomane. Il tenait sa vie et sa mort dans sa main. Il était tout-puissant. Devant ce Dieu, je n’étais rien. Il jouait tout, décidait de tout. Moi, je blablatais à ses pieds, fonctionnaire, préposé au guichet de la santé pépère. Ridicule valet de la normalité, mon urgence n’était pas la sienne. Son temps n’était pas le mien. Il était d’une autre essence, d’une autre hauteur.
C’est comme ça quand ils sont jeunes. La jeunesse est immortelle. Elle ignore le temps. Aussi la mort n’a pas de poids. Elle n’est que bande dessinée. Rigolade. C’est une mort de carton. Une affaire héroïque de violence, de révolte et de sang. Une explosion. Un orgasme. Une giclure. La mort fait bander. Elle est affaire de couilles. Histoire d’homme. Crever jeune, c’est dire merde au monde. Et le foutre bien profond. La jeunesse, à la face du temps, pisse de l’infini.”
Patrick Declerck, Les naufragés - Avec les clochards de Paris

Liu Cixin
“Dans mon imagination, le mur de la mort devait être blanc comme la neige.”
Liu Cixin, The Wandering Earth

Yuval Noah Harari
“Même si la mort paraît être un objectif lointain, nous avons déjà réalisé des choses qui étaient inconcevables voici quelques siècles. En 1199, le roi Richard Coeur de Lion fut touché par une flèche à l’épaule gauche. Aujourd’hui, nous parlerions d’une blessure mineure. En 1199, cependant, en l’absence d’antibiotiques et de méthodes de stérilisation efficaces, cette blessure s’infecta et ce fut la gangrène. Au XIIe siècle, la seule façon d’arrêter la gangrène était d’amputer le membre infecté. Pour une épaule, ce n’était pas possible. La gangrène progressa, sans que personne ne pût rien faire pour aider le roi. Il mourut quinze jours plus tard dans de grandes souffrances.”
Yuval Noah Harari, Sapiens

Yuval Noah Harari
“Encore au XIXe siècle, les meilleurs médecins ne savaient pas empêcher l’infection ni arrêter la putréfaction des tissus. Dans les hôpitaux de campagne, par peur de la gangrène, les chirurgiens amputaient couramment les mains et les jambes des soldats même légèrement blessés. Ces amputations, comme toutes les autres interventions médicales (telle l’extraction des dents), se faisaient sans anesthésiques. Les premiers d’entre eux - l’éther, le chloroforme et la morphine - ne devaient être d’usage courant dans la médecine occidentale qu’au milieu du XIXe siècle. Avant l’usage du chloroforme, il fallait quatre soldats pour maintenir un camarade blessé tandis que le médecin coupait le membre blessé. Le lendemain de la bataille de Waterloo (1815), on pouvait voir des monceaux de mains et de jambes coupés au voisinage des hôpitaux de campagne. En ce temps-là, les charpentiers et bouchers enrôlés dans l’armée servaient souvent dans le corps médical parce que la chirurgie exigeait à peine plus que de savoir manier le couteau et la scie.”
Yuval Noah Harari, Sapiens

Maylis de Kerangal
“Les secondes qui suivent ouvrent un espace entre eux, un espace nu et silencieux, au bord duquel ils se tiennent un long moment.”
Maylis de Kerangal

Benoîte Groult
“La mort des parents ne devient définitive que le jour où leur enfants ne sont plus là pour les évoquer. Alors la mémoire de ce qu'ils étaient vraiment s'abolit. Ils survivront, brumeux, dans les souvenirs de leurs petits-enfants, qui ne les auront connus que vieux”
Benoîte Groult, La Touche étoile

Benoîte Groult
“C'est par amour pour la vie que je voudrais la quitter à temps, non sans terrible regret. Mais je sais que tout ce que j'ai déjà perdu et tout ce qui s'en va chaque jour, ne sera remplacé par rien”
Benoîte Groult, La Touche étoile
tags: death, end, mort

« previous 1 3 4