Indi's Reviews > Arbres d'hiver - précédé de La traversée

Arbres d'hiver - précédé de La traversée by Sylvia Plath
Rate this book
Clear rating

by
19124951
's review

liked it

Ça fait un petit moment que je voulais tenter Sylvia Plath et par le plus grand des hasards, une de mes meilleures amies a une édition bilingue et me l'a gracieusement prêtée :)
Encore novice en terme d'appréciation de poésie, je sais que j'ai loupé beaucoup de choses dans ce recueil de poèmes. Je dois avouer que pour une partie, je les ai tout simplement pas compris (que ce soit en anglais ou français haha). Mais j'ai quand même été touchée par la mélancolie de Sylvia Plath.

Quelques poèmes qui m'ont particulièrement marquée, avec une petite citation :

Insomniac : celui-ci est peut-être celui qui m'a le plus parlé
Under the eyes of the stars and the moon's rictus
He suffers his desert pillow, sleeplessness
Stretching its fine, irritating sand in all directions


I am vertical : poème préféré de mon amie, il m'a aussi beaucoup plu par sa poésie (oui, forcément...)
And I shall be useful when I lie down finally :
Then the trees may touch me for once, and the flowers have time for me


In plaster : celui-ci m'a beaucoup marquée. D'un côté, je l'interprète comme une sorte de dualité dans une même personne et en même temps, je pense que ça va plus loin. Mais il m'a donné des frissons!
Living with her was like living with my own coffin :
Yet I still depended on her, though I did it regretfully.
[...]
I'm collecting my strength ; one day I shall manage without her,
And she'll perish with emptiness then, and begin to miss me.


Stillborn
These poemes do not live : it's a sad diagnosis.


Mirror : j'aime celui-ci pour 2 raisons, le thème des miroirs et le fait qu'il me rappelle une nouvelle écrite par mon frère :)
In me she has drowned a young girl, and in me an old woman
Rises toward her day after day, like a terrible fish.


Child : je me rends compte que beaucoup des poèmes qui m'ont touchée évoquaient les enfants
Your clear eye is the one absolutely beautiful thing.
I want to fill it with color and ducks,


For a fatherless son
You will be aware of an absence, presently,
Growing beside you, like a tree,
[...]
But right now, you are dumb,
And I love your stupidity,
The blind mirror of it. I look in
And find no face but my own, and you think that's funny.


Mary's song
It is a heart,
This holocaust I walk in.
O golden child the world will kill and eat.
flag

Sign into Goodreads to see if any of your friends have read Arbres d'hiver - précédé de La traversée.
Sign In »

Reading Progress

October 22, 2018 – Started Reading
October 22, 2018 – Shelved
October 22, 2018 – Shelved as: to-read
October 23, 2018 – Finished Reading

No comments have been added yet.