Simon Vandereecken


#89 top reviewers
year in books

Simon Vandereecken’s Followers (44)

member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
member photo
Margherita
1,297 books | 1,917 friends

The Rea...
3,214 books | 385 friends

Bernard...
1,141 books | 1,445 friends

Nhat Tong
763 books | 41 friends

Kevin Dio
1,125 books | 90 friends

littlep...
1,310 books | 925 friends

Hippopo...
364 books | 24 friends

Mika
2,479 books | 345 friends

More friends…

Simon Vandereecken

Goodreads Author


Born
in Woluwe-Saint-Lambert, Belgium
Website

Twitter

Genre

Influences
Stefan Zweig, Anne Rice, H.P. Lovecraft, Philip K. Dick

Member Since
January 2014

URL


UX Designer • INTJ • Auteur • Human Jukebox • Gaymer • Livrophage • Slytherin • Belge • Éternel Déphasé • Probablement un vampire

Average rating: 3.92 · 12 ratings · 8 reviews · 2 distinct works
Temps volés

3.80 avg rating — 10 ratings — published 2014 — 2 editions
Rate this book
Clear rating
Lettres à un étranger

4.50 avg rating — 2 ratings
Rate this book
Clear rating

* Note: these are all the books on Goodreads for this author. To add more, click here.

Les stratégies ab...
Rate this book
Clear rating

 
Dominium Mundi - ...
Rate this book
Clear rating

 

Simon’s Recent Updates

Les stratégies absurdes by Maya Beauvallet
Rate this book
Clear rating
Simon Vandereecken is currently reading
Les stratégies absurdes by Maya Beauvallet
Rate this book
Clear rating
Simon Vandereecken rated a book it was amazing
Juste après la pluie by Thomas Vinau
Rate this book
Clear rating
Je perds sans doute toute objectivité avec lui, mais quelle joie de retrouver l’apaisement de Thomas Vinau à travers ce recueil de poèmes du quotidien. On évite le grand lyrisme pour des choses simples mais qui nous touchent profondément et nous remu ...more
Simon Vandereecken wants to read
Les Falsificateurs by Antoine Bello
Les Falsificateurs
by Antoine Bello (Goodreads Author)
Rate this book
Clear rating
Maxime G Maxime G started reading Project Hail Mary
Simon Vandereecken is on page 162 of 280 of Juste après la pluie
Juste après la pluie by Thomas Vinau
Rate this book
Clear rating
Simon Vandereecken started reading
Juste après la pluie by Thomas Vinau
Rate this book
Clear rating
Simon Vandereecken rated a book liked it
Prélude à Fondation by Isaac Asimov
Rate this book
Clear rating
Je suis content d'avoir découvert Fondation par l'ordre de publication plutôt que par son ordre chronologique, car je ne pense pas que j'aurais accroché à la série en commençant par ce Prélude. On y découvre un Hari Seldon extrêmement maladroit voir ...more
Simon Vandereecken wants to read
De Sel et de fumée by Agathe Saint-Maur
Rate this book
Clear rating
Simon Vandereecken wants to read
The Atlas Six by Olivie Blake
Rate this book
Clear rating
More of Simon's books…

“Sa tête n’était plus qu’un ouragan, une tempête noire détruisant tout sur son passage, un ciel chargé de lourds nuages qui ne laissait plus filtrer aucune lueur. Peu à peu il dérivait, s’éloignant de tout ce qui le constituait autrefois, disparaissant, s’effaçant peu à peu pour devenir un être transparent, n’être plus qu’une présence, une douleur que l’on aperçoit du coin de l’oeil, vers qui l’on voudrait tendre la main, mais qui est tellement enfermée dans ses murailles de solitude que tout contact nous semble impossible.”
Simon Vandereecken, Temps volés

“Le souci quand on est en avance, c’est que le monde entier vous parait toujours en retard, c’est que chaque minute dure une éternité, s’étire en longueur en vous narguant du bout de ses secondes intenables. C’est que cette avance ne sert à rien à part à l’introspection, et que celle-ci n’est souvent qu’une douce torture mentale, rien de plus, l’esprit humain étant son propre bourreau..”
Simon Vandereecken, Temps volés

“Doit-on s’infliger à ce point de sortir d’une vie ? Doit on autant fuir pour chercher ailleurs un moyen de panser ses blessures, de souffler, s’introspecter ? N’y avait-il aucune autre voie possible au delà de cette absence terrible qui lui tordait le ventre de douleur, aucun autre chemin que de voir soudainement disparaître de son existence cette présence qui l’avait accompagné le temps d’une balade qu’ils avaient effectuée à deux ? Si l’absence semblait le seul remède, force lui était de constater qu’elle ne laissait dans on esprit qu’un goût amer qui lui écorchait les lèvres. Et son image dansait dans sa tête, le torturant à chaque instant, amenant des larmes dans le creux de ses yeux, ce visage vers lequel il voulait tendre les doigts, qu’il voulait caresser, alors qu’il devait s’obliger à ne pas bouger et à rester interdit. Au delà des mots, c’était bien cette absence totale qui lui était la pire des tortures. Il aurait voulu tendre les bras, enserrer ce corps tant aimé, oublier un instant cette douleur sourde qui grondait en son coeur, fermer les yeux et revenir à ces quelques moments de pur bonheur qu’il avait pu ressentir alors que leurs deux corps étaient enlacés, si proches l’un de l’autre, dans une communion qui allait au delà des mots. A ce moment même avant les mots, avant ces phrases blessantes, avant sa décision. Mais il devait se résoudre à laisser partir ce visage tant aimé, à le voir se fondre dans cet océan inconnu du temps qui, disait-on, était capable de tout soigner. Et pourtant chaque jour l’absence le mordait, plus durement que l’eau salée sur une blessure, plus cruellement que la mort.


La mort c’était savoir qu’il n’y avait pas d’espoir de se revoir, aucun espoir de se croiser, l’absence au contraire était ô combien plus cruelle. L’absence c’était savoir l’autre proche, c’était savoir qu’il continuait sa vie loin de soi, que vos chemins se séparaient désormais et adoptaient une trajectoire différente. C’était savoir que l’autre deviendrait peu à peu un inconnu, une ombre du passé. C’était risquer de se recroiser et de voir ces plaies se rouvrir sans que rien jamais ne puisse les soigner. Oui, décidément l’absence était bien pire que tout.”
Simon Vandereecken, Temps volés

“You've gotta dance like there's nobody watching,
Love like you'll never be hurt,
Sing like there's nobody listening,
And live like it's heaven on earth.”
William W. Purkey

“Be yourself; everyone else is already taken.”
Oscar Wilde

“Be who you are and say what you feel, because those who mind don't matter, and those who matter don't mind.”
Bernard M. Baruch

“I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best.”
Marilyn Monroe

“You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams.”
Dr. Seuss




No comments have been added yet.