Isil's Reviews > L'Edda, récits de mythologie nordique

L'Edda, récits de mythologie nordique by Snorri Sturluson
Rate this book
Clear rating

by
1479980
's review
Sep 08, 10

bookshelves: scandinavie, mythologie, xiiie
Recommended for: mythology lovers, Tolkien's fans
Read from August 05 to 08, 2010, read count: 2

L’Edda en prose, écrite par Snorri Sturluson, islandais chrétien du treizième siècle, est une somme de récits mythologiques et héroïques des anciens scandinaves. Malgré une influence chrétienne évidente (la description de Hel, l’Enfer en est un exemple assez flagrant), c’est une source importante de connaissance de ces mythes. C'est ma deuxième lecture de ce livre qui m'avait beaucoup plu. Ma lecture récente de Beowulf m'a donné envie de me replonger dans ce texte.

La première partie « Gylfaginning » (La mystification de Gylfi) est la plus longue. En une centaine de pages, on découvre la cosmogonie scandinave, sous la forme d’un dialogue entre Gylfi et trois hauts personnages rencontrés à Ásgard. On y découvre le géant Ymir et l’origine du monde, la naissance des géants, les dieux et leurs actes de bravoure (Thor, pas toujours à son avantage lorsqu’il se fait berner mais très fort, Tyr le hardi, Odin), Loki (et ses enfants monstrueux, le loup Fenrir et le serpent de Midgard qui contient le monde) ou encore l’apparition des premiers hommes. Cette première partie s’achève sur le Ragnarök, ou Crépuscule des Dieux, qui décrit une fin du monde apocalyptique. Au-delà de l'intérêt du texte, la liste des nains de la page 44 ne peut que réjouir la fan de Tolkien qui est totalement éveillée en moi. Le début est assez descriptif mais heureusement, l'intérêt monte rapidement et puis on nous appâte très rapidement avec la fin du monde.

La deuxième partie, « Skáldskaparmál » (L’art poétique) nous plonge dans les récits mythologiques et héroïques. Le dieu Thor se bat contre des géants, le marteau qui reviendra à Thor est forgé… Cette partie recèle aussi un des joyaux des récits scandinaves, celui qui sera plus tard rendu célèbre par Wagner dans son opéra L'Anneau du Nibelung. Ici, on a un aperçu de la Völsunga, la saga qui raconte la malédiction qui s’abat sur l’anneau du nain Andvari lorsque Loki le lui enlève et tout ce qui en découle puis le destin tragique de Sigurd, Gudrun et Brynhild. Cette histoire est magnifique, on y trouve du sang, des larmes, des vengeances terribles et même un dragon, mais elle est aussi quelque peu frustrante. Elle donne surtout envie de lire la Völsunga saga.

L’influence de l’Edda sur Tolkien m’a parue encore plus claire que lors de ma première lecture. Le lien entre entre L'Edda et Le Hobbit est absolument évident. En outre, l’histoire de Tyr et du loup Fenrir m’a en partie fait penser à Beren dans le Silmarillion. Mais surtout, je trouve que la construction des deux livres est assez semblable. Dans les deux, on ne suit pas une histoire mais de multiples histoires successives raccrochées au même motif, avec de multiples personnages, avec une première partie consacrée à la création du monde et à la description des divinités et une deuxième partie qui raconte des récits mythologiques remplis de héros tragiques. La mythologique décrite dans l’Edda est sombre, pour les héros humains comme pour les dieux, comme l'est celle créée par Tolkien dans le Silmarillion.

On connaît la plupart des mythes décrits dans L’Edda, dont les figures sont beaucoup reprises dans la culture populaire moderne mais souvent cette connaissance se fait de manière déformée. Il ne faut donc pas se priver de découvrir l’original, texte magnifique et passionnant malgré une forme littéraire qui nous est peu familière.

Les notes sont très nombreuses et en fin de volume de l’édition Gallimard, ce qui n’en facilite pas la lecture mais qui l’enrichit considérablement. Les illustrations en noir et blanc que l’on trouve dans cette édition sont très bien choisies.
3 likes · Likeflag

Sign into Goodreads to see if any of your friends have read L'Edda, récits de mythologie nordique.
Sign In »

No comments have been added yet.