Antoine's Reviews > Footnotes in Gaza

Footnotes in Gaza by Joe Sacco
Rate this book
Clear rating

by
8380203
's review
Mar 26, 12


Joe Sacco strikes again ! L’auteur de Palestine est de retour dans les territoires occupés. Ce terrible conflit sans fin et sans espoir, fait de drames quotidiens, est devenu quasiment banal pour ses habitants et, plus largement, pour les audiences du monde. Quand la violence aveugle répond à la violence aveugle, même les borgnes peinent à voir pour voir ce qui se passe autour d’eux. Joe Sacco, lui, a les deux yeux bien ouverts et la plume acérée. 386 pages de témoignages, de récits, de vies mutilées, perdues pour reconstruire un « incident » de 1956, quand l’armée israélienne profita de la crise du Suez pour ramener, discrètement à l’ordre, d’une manière plus que musclée, les habitants de Khan Younis et Rafah dans la bande de Gaza. Âmes sensibles s’abstenir, curieux de comprendre pourquoi, bienvenus.

Pour réaliser cet album passionnant, il a fallu à l’auteur presque dix ans et plusieurs voyages dans une des zones les plus dangereuses de la planète. Il s’agit, tout d’abord, d’un minutieux travail de journaliste, une enquête longue et difficile pour retrouver les différents témoins de cet évènement vieux de cinquante ans. Tâche titanesque quand on connaît les conditions de vie de la population palestinienne parquée dans ces camps de réfugiés « provisoires » depuis 1948, et quand on sait que le passé n’intéresse que très peu ces individus en prise avec une réalité autrement bouleversante. Bon an mal an, Sacco remonte la piste des survivants, souvent des vieillards meurtris à la mémoire chancelante, recoupe les témoignages, trace des cartes, fouille les archives – celle de l’ONU à New-York, d’autres, israéliennes, à Tel Aviv – pour tenter de dresser, du mieux possible, une image cohérente de ces évènements. Face au mutisme des israéliens et au langage hermético-diplomatique des sources onusiennes, son récit pourrait être taxé de partisan. Évidemment, les témoignages sont ceux des palestiniens, des victimes. L’auteur évite néanmoins de stigmatiser l’un où l’autre des protagonistes. Il fait, réellement, le métier de journaliste : relater des faits réels et avérés.

Même si le sujet de l’enquête est 1956, il est impossible de faire abstraction du présent, surtout quand les balles sifflent au-dessus de votre tête. Comme à son habitude, Sacco se met en scène sur place. Assisté de plusieurs traducteurs-facilitateurs (voir The Fixer), il sillonne Gaza et est témoin du désespoir quotidien des palestiniens. Ce témoignage est à la fois des plus éclairants et, malheureusement, désespérant pour le genre humain.

Et la BD dans tout ça ? Gaza 1956 est également un excellent album. Le journaliste, maintenant dessinateur, est à la hauteur de la tâche. Il varie à l’infini la construction de ses planches : cases ouvertes, moule à gaufre, panoramiques, incrustations, textes narratifs « flottants ». Cette mise en page de haute de tenue reste toujours très lisible. Heureusement, car la quantité d’informations est imposante - il ne s'agit pas d'un livre lu en un quart d’heure. La caractéristique la plus marquante du dessin se trouve dans la manière dont l’auteur dépeint ses personnages. Seul ou perdu dans une foule, chaque individu possède une identité graphique propre. Ce soin apporté à la description physique des protagonistes renforce la profonde sincérité de la démarche narrative de l’auteur.

Joe Sacco, par son travail exemplaire à tous points de vue, prouve une fois de plus la force évocatrice et narrative de la bande-dessinée. Gaza 1956 est indispensable.
1 like · Likeflag

Sign into Goodreads to see if any of your friends have read Footnotes in Gaza.
Sign In »

No comments have been added yet.