Nicolas's Reviews > Rupture dans le réel II - Émergence

Rupture dans le réel II - Émergence by Peter F. Hamilton
Rate this book
Clear rating

by
1156136
's review
Aug 09, 2008

liked it
bookshelves: space-opera, rayon-fantasy-et-sf
Recommended for: Des lecteurs très patients
Read in July, 2008

Je l'avais déja lu en juin 2003, et j'en avais dit bien des choses :

Dans ce second tome, on continue à suivre les déambulations de nos héros dans un unvers de plus en plus déjanté, mais toujours aussi
rigoureusement déjanté.

Contrairement à bien des ouvrages, où le premier tome pose le décor et les suivants se contentent de l'utiliser, on sent bien icic que Hamilton n'en a rien à foutre du nombre de page, et se livre avec un plaisir manifeste à des exercices d'écriture tout à fait épatants, comme par exemple intégrer à un space-opera une scène de l'angleterre du XVIIème siècle, avec seigneurs et manants dans les rues, le tout avec un capitaine de vaisseau à la Star Trek qui se balade à cheval. On peut aussi voir dans ce tome un bateau à aubes du Mississipi. Mais Emergence n'est pas qu'un catalogue à la Prévert, c'est aussi un solide tome dans ce roman (qui rappelons-le, devra faire à terme 3 000 pages), et il respecte assez facilement le contrat avec le lecteur en lui proposant du sexe, de la romance, du combat spatial, terrestre, sous-marin, des tromperies en tout genre, des nymphettes évaporées.

Si vous avez l'impression que je suis incapable de vous en dire plus sur l'histoire, c'est peut-être parce que c'est un peu vrai. Après tout, ce second tome n'est qu'une fin d'introduction, il est donc logique de voir les différents intervenants passer leur temps à se croiser de manière assez rigolote. Et la foultitude des personnages ne suffit pas à dissiper cette impression qu'on va passer notre temps à suivre avec délectation les aventures des mêmes personnes, donnant parfois lieu à des scènes assez impressionantes (je pense par exemple à l'une des dernières scènes du roman, où la charmante Marie Skibbow se métamorphose lors d'un coït on ne peut plus épique).

Je ne peux que vous conseiller de le lire, même si je ne sais pas trop pourquoi (c'est peut-être ça, le fanatisme du lecteur).


Après cette relecture, j'appuirais un peu plus sur le côté décor d'opérette, faisant penser à un mélange bizarre entre "Autant en emporte le vent" et "le retour des morts-vivants". Totallement étrange, mais pas inintéressant.

Toutefois, je ne peux m'empêcher, avec le recul, de trouver ça beaucoup trop long.
flag

Sign into Goodreads to see if any of your friends have read Rupture dans le réel II - Émergence.
Sign In »

No comments have been added yet.