Amélie's Reviews > The Golden Notebook

The Golden Notebook by Doris Lessing
Rate this book
Clear rating

by
4998545
's review
Dec 04, 11

bookshelves: 2011, grande-bretagne
Read from September 26 to October 29, 2011

Difficile de parler de ce livre. Difficile parce que j'ai eu beaucoup de mal à le terminer, mais pas pour les raisons qu'on pourrait s'imaginer.

The Golden Notebook a une structure particulière : le livre raconte l'histoire d'Anna Wulf, romancière & sympathisante communiste qui, dans l'Angleterre des années cinquante, élève seule sa fille de huit ou neuf ans – mais le livre raconte aussi les histoires qu'Anna écrit. Les chapitres alternent entre un roman, Free Women, qui met en scène une Anna qui est & n'est pas Anna Wulf, & les quatre cahiers dans lesquels elle tente de compartimenter sa vie : un cahier pour ses années en Afrique & le roman à succès qu'elle en a tiré, un autre pour ses activités au sein du Parti communiste britannique, un troisième pour un projet d'écriture, un dernier pour tout le reste, pour le quotidien. Ç'a l'air compliqué, dit comme ça, mais ce ne l'est pas tellement. On s'habitue assez rapidement à cette succession confuse de moments, aux retours en arrière, aux parenthèses politiques. C'est le reste qui est plus difficile à assimiler.

Le livre est dense, touffu, plein à craquer d'idées & de réflexions qui se pilent sur les pieds à force de tous vouloir envahir les pages en même temps. Anna est un personnage difficile, compliquée & parfois pénible dans ses dérives – ce n'est pas quelqu'un dont on habite la tête avec plaisir. Elle a une vie intérieure foisonnante & passe beaucoup de temps à réfléchir, à décortiquer, à dépecer son époque & son entourage – The Golden Notebook, en ce sens, est à la fois un portrait, un instantané d'un moment dans le temps, mais aussi une réflexion plus vaste sur une quantité incroyable de choses : la vie, l'amour, la famille, le pouvoir & la politique, l'écriture, les hommes & les femmes, le communisme, le capitalisme, le généreux & le mesquin, le quotidien. La folie.

Si ç'a l'air ambitieux, c'est que ce l'est.

Donc c'est une lecture difficile. (Je crois que ça fait à peu près huit fois que j'utilise cet adjectif.) Ou demandante, plutôt. Épuisante, parce que pour y trouver quelque chose, il faut s'y investir. Il faut suivre les pensées d'Anna jusque dans ce qu'elles ont de plus tordu, il faut aimer avec elle & rager avec elle & se ronger les sangs avec elle, & ça, tout ça, ça gruge énormément d'énergie.

Il y a des passages parfaits, des moments d'humour et de sarcasme tellement acérés qu'ils en font plaisir, des phrases qui explosent sur les pages tant elles disent tout ce qu'elles ont à dire – mais il y a aussi comme une vague d'angoisse qui traverse le récit, monte inexorablement, engloutit le lecteur & le pousse dans cette zone de malaise profond qui m'a presque fait abandonné le livre. J'ai eu beaucoup de difficulté à terminer l'avant-dernière section, qui parle d'une folie qui ne se révèle que dans l'intimité, parce que tout y était décrit avec tellement de soin, tellement de lucidité que c'en était douloureux.

C'est un roman que je suis heureuse (ou peut-être qu'heureuse n'est pas exactement le mot que je cherche) d'avoir lu, mais que je sais que je n'aurai jamais envie de relire.
Likeflag

Sign into Goodreads to see if any of your friends have read The Golden Notebook.
Sign In »

Reading Progress

10/04/2011 page 154
27.0%
show 4 hidden updates…

No comments have been added yet.